La dimension genre

L’intégration de la dimension de genre permet de mieux comprendre les causes des inégalités entre les femmes et les hommes et de suggérer des stratégies appropriées pour y remédier.

Le Ve Recensement de la Population et de l’Habitat (VeRGPH) produira des informations à l’échelle nationale sur différents aspects de la vie des Haïtiens et Haïtiennes, y compris la population totale et sa distribution par âge et par sexe, le statut matrimonial, la fécondité, l’activité économique et la distribution occupationnelle/industrielle, la situation professionnelle, etc.

Les indicateurs ventilés selon le sexe permettront de mesurer les écarts et les inégalités ainsi que les disparités entre les femmes et les hommes. Ces informations, fournies à la fois pour les hommes et les femmes, seront cruciales pour mettre en lumière les différents besoins, priorités et problèmes de chacun et pour veiller à ce que les pratiques et les politiques ne reposent pas sur des données erronées mais s’appuient sur des informations probantes.

Soucieux que les différences entre les femmes et les hommes soient appréciées et favorisées de la même manière et pour permettre une participation plus équitable des hommes et des femmes dans la société haïtienne, le VeRGPH a donc pris en compte les questions liées au genre dans la conception du questionnaire et dans les techniques d’énumération. De plus, une volonté́ de repartir de manière équilibrée les responsabilités entre les sexes, des femmes énumératrices, cartographes, superviseures, etc. seront recrutées pour assurer l’équilibre parmi tout le personnel de terrain.

Les indicateurs de genre permettront de mesurer les changements en ce qui concerne la situation des rapports femmes-hommes et ainsi de mieux répondre aux besoins de chaque individu, à titre collectif ou individuel. Il s’agira par exemple de mesurer dans le temps les changements dans les relations sociales entre hommes et femmes, les progrès qu’ont induit une politique dans la situation des hommes et des femmes au regard d’un problème particulier, tel que le niveau de pauvreté, le niveau d’éducation, la participation économique, etc.

Disposer de ces informations permettra d’atteindre les buts en matière d’égalité entre les sexes auxquels le Gouvernement est attaché dans ses propres plans et politiques de développement et dans plusieurs conventions et accords internationaux dont Haïti est signataire.

Enfin,recueillir des données ventilées par sexe permettra de s’attaquer aux racines de l’inégalité en mettant en place des mesures correctives et d’examiner les politiques et les pratiques en veillant à ce qu’elles soient aussi bénéfiques pour les femmes que pour les hommes. Au final, cela favorisera la participation à part entière de toutes les Haïtiennes et les Haïtiens au développement de la société́ et de profiter à parts égales de ses ressources.